Chirurgie du visage2

Les liftings

Ils peuvent concerner tous les étages du visage et l’on décrit classiquement de haut en bas :

- le lifting frontal,
- le lifting temporal,
- le lifting médio-facial ou lifting centro-facial,
- le lifting cervico-facial.

Celui qui est de loin le plus pratiqué car il concerne les demandes les plus fréquentes est le lifting cervico-facial.

Photo avant / après de lifting par le Dr Manise chirurgien esthétique

Le lifting cervico-facial

La consultation pré-opératoire

Une consultation préopératoire détaillée permettra de poser l’indication et de vous proposer une prise en charge personnalisée pouvant faire appel  à des techniques chirurgicales, ou des techniques complémentaires non chirurgicales comme les injections d’Acide Hyaluronique et de Toxine Botulique.

Il faut savoir que dans l’arsenal thérapeutique dont nous disposons aujourd’hui concernant le rajeunissement du visage, ces techniques chirurgicales et non chirurgicales ne sont pas du tout mises en concurrence mais bel et bien complémentaires.

En règle générale, je réalise souvent une deuxième consultation peu de temps avant l’intervention afin de répondre à certaines questions plus détaillées que vous pourriez vous poser.

Photo avant / après de lifting par le Dr Manise chirurgien esthétique

L'intervention

Elle consiste à retendre la peau et les structures sous cutanées des joues et du cou (SMAS : système musculo aponévrotique  superficiel) de façon à corriger l’affaissement du bas du visage, très fréquent après la cinquantaine. On ne « tire » donc pas sur la peau mais sur ce qui se trouve en dessous et auquel  la peau est amarrée.

Il s’agit d’une intervention peu douloureuse qui dure 2 heures et qui comporte une hospitalisation de 24 heures.

L’opération se fait sous anesthésie générale ou anesthésie locale complétée d’une sédation et comporte une cicatrice tout autour de l’oreille.

Photo avant / après de lifting par le Dr Manise chirurgien esthétique

Les suites opératoires

Elles sont marquées par :

- peu de douleurs en règle.

- un œdème du visage et éventuellement quelques ecchymoses qui persistent de 8 à 15 jours. La prise d’arnica (9CH) pendant quelques jours est possible pour diminuer les ecchymoses.

- parfois une sensation de tension autour de l’oreille et sous le menton avec parfois une gêne masticatoire et lors des mouvements de rotation de la tête.

La reprise d’activités professionnelles avec contact social est possible après 15 jours, sans contact social elle peut être reprise après 5 à 8 jours.

L’ablation des fils se fait au 15ème jour lors d’une visite de contrôle au cabinet.

Les techniques de lifting

Elles ont considérablement progressé ces dernières années et les suites opératoires ont été très améliorées par ces nouvelles techniques permettant notamment de faire moins de décollements de la peau en retendant plutôt les muscles et les  fascias (SMAS : système musculo aponévrotique  superficiel) situés sous la peau et auxquels est fixée cette dernière.

Le lifting cervico-facial ne change pas l'expression du visage.Il redonne au patient un visage plus doux, rajeuni, reposé et épanoui mais en conservant tous les aspects naturels et les expressions originelles de chaque personne traitée.

Le lifting cervico-facial traite essentiellement l’ovale du visage et l’aspect du cou, redessinant et rajeunissant  toute la moitié inférieure du visage en redonnant un relief régulier et harmonieux à la forme de la mâchoire inférieure ainsi qu’à la zone sous mentale et aux régions antérieures du cou. De façon indirecte, il améliore également l’aspect des joues et des pommettes.

L’association à d’autres interventions est possible en même temps ou de façon différée lors d’un programme personnalisé

- Blépharoplastie (chirurgie des paupières) supérieure ou inférieure.

- Lipofilling du visage : injections de graisse (autogreffes adipocytaires) dans certaines zones manquant de volume.

- Lifting frontal ou temporal associé.

Les risques et/ou complications

Les complications du lifting  sont classiques mais rares, cette intervention étant désormais très bien codifiée :

- hématome ou hémorragie pouvant nécessiter une reprise au bloc opératoire.

- infection, rarissime.

- mauvaise cicatrisation (cicatrices dépigmentées, visibles, hypertrophiques) ou retards de cicatrisation voire petites zones de nécroses (notamment chez les patient(e)s tabagiques).

- paralysie faciale partielle de la commissure buccale, exceptionnelle et la plupart du temps transitoire et régressive.

Les complications sont  plus fréquentes chez les fumeurs ce qui fait conseiller vivement l’arrêt du tabac avant un lifting.